BANQUE – GESTION


Quel est le point commun entre un conseiller financier de la banque postale, l’assistante gérante d’un magasin d’électroménager, et le futur manager d’un hôtel? Les trois sont des professionnels en activité, mais aussi des élèves au centre de formation d’apprentis (CFA) de Laon. Malgré les clichés, l’apprentissage conduit aussi à des métiers de bureau : sur 500 alternants au CFA de Laon, environ une cinquantaine se sont tournés vers des métiers de gestion. Parmi eux, Amélie Coutant a 23 ans. « Mais on me dit souvent que je fais plus âgée, c’est sûrement dû à mon expérience professionnelle! » s’amuse cette employée de Tatry, une entreprise de vente et d’installation de matériel électroménager à Château-Thierry.

Toutes sortes d’entreprises

Après un bac pro, la jeune femme a signé un contrat d’apprentissage pour décrocher un BTS assistant de gestion PME/PMI. Au total, quatre ans dans l’entreprise, au rythme d’une semaine sur deux. « J’assiste à toutes les tâches administratives du magasin, tout ce qui est gestion et relation clients, explique-t-elle. L’apprentissage permet d’acquérir une expérience professionnelle qu’on n’a pas autrement », ajoute Amélie Coutant, qui rêve d’ouvrir son propre commerce plus tard. François, 36 ans, son patron, ne va pas la contredire : lui aussi a été formé en alternance. « J’ai suivi ma formation rue Libergier, à Reims, pour travailler en parallèle dans l’entreprise familiale », se souvient-il. « Pour nous, c’est l’idéal, le CFA se charge de former notre employée. Et Amélie est très compétente ! On aimerait bien qu’elle reste, la balle est dans son camp », ajoute-t-il. De son côté, Amélie Coutant envisage de poursuivre sur une licence. « Pourquoi pas en marketing ou en communication ?  » En attendant, l’apprentie doit passer les épreuves du BTS à Laon, pour valider la partie théorique de sa formation, entre droit, gestion et comptabilité.

Menuiserie industrielle, sablière, vente d’outillages… Les camarades de promotion d’Amélie Coutant travaillent dans des domaines variés, ce que permet la dimension polyvalente de leur formation. « Chaque entreprise a son propre fonctionnement, et forme les jeunes à sa propre façon de faire, explique Lucie Richard, responsable du CFA de l’Aisne. Nous, nous les accompagnons pour leur fournir un savoir, pour qu’ils acquièrent un diplôme. Pour les entreprises, former des jeunes permet d’investir sur l’avenir, et pourquoi pas un jour trouver un repreneur. »


DES CONSEILLERS FINANCIERS EN ALTERNANCE A LA POSTE


Une réorientation dans la banque. En septembre 2014, Cécile Lelarge quitte Compiègne et son emploi de vendeuse de journaux pour s’installer à Berry-au-Bac, dans l’Aisne, à la limite de la Marne. « On m’a sorti une annonce, à la mission locale de Guignicourt, pour travailler comme conseiller financier à La Poste. Je ne me destinais pas à ce secteur, mais pour moi, La Poste, ça représentait une super opportunité. La bonne surprise, c’est qu’il s’agissait d’une formation d’un an en alternance. » Pour valider ce bac+2 d’attaché commercial, la jeune femme est prête à partager son temps entre le CFA de Laon, l’école de La Poste à Villeneuve-d’Ascq et des agences axonaises, pour un revenu à 80% du smic. Et prête à apprendre : « Au début, les produits bancaires, ça semble impressionnant, reconnaît-elle. Mais ça fait partie du jeu, on m’a donné une chance ! »

Charles Montmasson

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *